Poesies et Contes par Yves Le Car

livres de poesies

LE VENT

On croit souvent
Que c'est le vent
Qui dirige et guide nos vies
On pense qu'il mène nos pas
De nos berceaux à nos trépas
C'est sympa !

On croit souvent
Qu'au gré du vent
On change d'envies et d'avis
C'est lui prêter en vérité
Beaucoup de personnalité
D'acuité

On croit souvent
Que dans le vent
Ne chantent que des chansons tristes
Aux refrains mornes, monotones,
Qui ne parlent que de l'automne
Ca m'étonne.

On croit souvent
Que face au vent
Tout s'écarte, plus rien n'existe :
Les feuilles s'affolent, s'envolent ;
Les volets valsent, batifolent.
Ronde folle !

On croit souvent
Que sans le vent
Les gens seraient moins pessimistes,
Puisque c'est lui, le joli coeur
Qui alimente d'heure en heure
Les rumeurs.

On croit souvent
Que c'est le vent
Qui décourage les touristes
Quand il siffle un air énervant
Ennuyeux, capricieux, crevant,
Décevant

On croit souvent
Que, relevant
Nos effets,tout fou, le zéphir
S'amuse à nous faire tourner
Légers comme des nouveaux-nés
Sur son nez

Et les savants
Ont dit du vent
Qui nous chevauche et nous chavire
Tant et tant de choses bizarres
Qu'on ne sait plus à quel blizzard
Vouer son art.

 

Les estivants

Blâment le vent

Et les plus polis le supplient

Quand il s'acharne sur les toiles

De tente et balance les voiles

Aux étoiles

 

Les paravents

Les contrevents

Les contreforts qu'on multiplie

Contre lui ne font pas le poids

Et font toujours quoi qu'il en soit

Contre emploi

 

En conniven-

C'avec le vent

Qui tourne les roues de Fortune

On voit les hommes politiques

Nous dresser un monde idyllique

C'est comique !

 

Car tout se vend

Même le vent

Jusqu'au moindre quartier de lune

Et l'on ira sur Jupiter

S'il n' y a plus sur notre terre

De Cythère



Sur le divan
C'est bien au vent
Que l'on s'en prend quand l'analyste

Pour nous tirer les vers du nez

Remonte jusqu'au nouveau-né

Nos années

 

En écrivant

La plume au vent

On se laisse aller, fataliste,

A raconter nos sentiments

Il sait pourquoi évidemment

Et comment

 

 

Et c'est souvent

La faute au vent

Au vent mauvais mauvaise piste

Si notre vie notre existence

Ne va pas toujours dans le sens

De la chance



Mais de ce vent
Ne recevant
Que des messages optimistes
Qu'il collecte, colle et colporte
De coeur en coeur, de porte en porte
(Belle escorte !)

Mais de ce vent
Qui va bravant
Les arguties des bellicistes
Détournant de leur trajectoire
Les arcanes rédhibitoires
De l'Histoire

Et de ce vent
Qui va suivant
Des arabesques fantastiques
Devenir maître de ballet
Pour passer son coup de balai
S'il vous plaît

Oui, de ce vent
Qui, soulevant,
D'un élan son aile élastique,
Fait danser tous les éléments,
Les serments et les sentiments
Carrément

Et de ce vent
Qui, à tout vent,
Sème vos souhaits, vos suppliques
Dans l'azur, zone de hasard,
Quelque part où d'autres regards
S'en emparent

Et de ce vent
Qui est savant
Car il sait toutes les musiques,
Toutes vos joies , tous vos chagrins
Tous vos secrets, tous vos écrins
Grain par grain,

 

Et de ce vent

Qui vous trouvant

Dans un état plutôt critique

Vous a redonné d'un coup d'aile

L' envie de remonter en selle

De plus belle

 

Oui ce bon vent

Qu'auparavant

Vous accusiez d'un ton caustique

De tous les maux de tous les vices

Il peut être à votre service :

Un complice !

 

Oui ce bon vent

Dorénavant

Plutôt ,disons-le, sympathique

Qui vous souffle sa bonhomie

Vous pouvez le compter parmi

Vos amis...

 

Alors avant

Qu'un mauvais vent

Qu'un nouveau moucheron vous pique

.Reconnaissez ses qualités

Et jugez sans sévérité

Sa bonté

 

Car ce bon vent

N'est bien souvent

Qu'un bouc émissaire pratique.

Pour ne pas devoir prendre en compte

Nos erreurs , à ce qu'on raconte,

Et nos hontes

 

Parfois le vent

Est un peu ven-

-triloque et fait parler les arbres

Et les humains jamais en peine

De mêler l'amour et la haine

A la chaîne

 

Aussi le vent

Prend les devants

Pour faire éteindre sous le marbre

Le mauvais sort le mauvais sang

Et rendre ainsi tous les passants

Innocents

 

Parfois le vent

Vient du Levant

Pour nous livrer quelques nuages

Parfois du nord du sud ou d'ouest

Un vent qui retourne les vestes

Et le reste....

 

Parfois le vent

Est l'Olifant

Qui vient me souffler sur mes pages

Lorsque ma Muse reste en rade

Le vent escorte en camarade

Mes ballades

 

C'est ce bon vent

Très innovant

Et pas du tout rébarbatif

Que je veux louer et chanter

Il s'appelle Fraternité

Liberté

 

Un vent lavant

Les vents d'avant

Revigorant roboratif

Qui nous pousse sur des chemins

Où les humains marchent la main

Dans la main...

 

....

Copyright "Yves Le Car", tous droits réservés