Poesies et Contes par Yves Le Car

livres de poesies

MOT A MAUX

De deux mots je choisis le moindre :

Ainsi le moindre de mes mots

S'inscrit en faux

Contre les pires maux jumeaux

Que font la faux et l'échafaud

Et à défaut d'un moindre mot

J'en prends un autre plus costaud

 

De deux mots je choisis le moindre :

Je prends au hasard le mot "guerre"

Et le mot "paix"

Six lettres contre quatre lettres

Mon choix est fait.

Je rejoue et je prends au hasard le mot "armes".

En effet le hasard n'a besoin d'aucun mot

Je lui prends le mot "arme"

même au singulier

Et je prends le mot "ART"

Mon choix est fait.

Entre les mots "haine" et " amour"

Comment choisir le moindre ?

J'ai cinq lettres partout.

Entre les mots "amour" et "haine"

Je choisirai le moindre effort d'articulation :

Amour Haine

Haine Amour

Le choix est facile...

 

Non mes mots ne sont pas

des armes

MAIS DES ARMOISES

OU DES ARMOIRES

OU MA MEMOIRE ETALE

SES MULTIPLES TIROIRS

SES IMAGES SES PAGES

SES PLANCHES

SES ALBUMS

NON MES MOTS NE SONT PAS DES ARMES

Et s'ils sont forts, s'ils frappent, s'ils tapent,

Ce ne sont ni des coups de poings

Ni des coups d'Etat

Ni des coups d'épée dans l'autre

Ils sont plutôt de la famille

de ces coups qu'on frappe à la porte

pour être entendu

pour être reçu

Car il y a des portes fermées cadenassées barricadées

Derrière lesquelles il y a toujours

Un peut-être

Un peu d'être

Mes mots à moi ma poésie

C'est ce peut-être ce peu d'être qui vous appellle

Qui vous attend

Et qui vous tend

Ses membres invisibles...

 

Et si je prends les armes

C'est pour les recycler

Pour les anagrammer

Pour en faire ou des rames

ou des mares

Et si je prends les mots

C'est pour les inviter

A prendre le dessus sur les maux sur le mal...

 

De deux mots je choisis le moindre :

PLUME et PLOMB

PLOMB et PLUME

Deux mots de cinq lettres si ressemblants

Deux de leurs cinq lettres seulement diffèrent

P.L.U.M.E

P.L.O.M.B

JE SUIS CONTEUR ET NON COMPTABLE

Et quant à vous rendre des comptes

Sur le fameux kilo de plomb par rapport au kilo de plumes

Mon calcul de conteur

Ne sera pas le même que celui d'un comptable

Je ne sais ni ne veux savoir

lequel est le plus lourd

Du kilo de plumes

Ou du kilo de plomb

Ce que je sais et qu'il vous faut savoir

C'est qu'un kilo de plomb

Jamais ne viendra à bout

Du kilo de plumes qui, d'arbre en arbre, sautille,

De jardin en jardin grapille,

De buisson en buisson s'égaille, s'éparpille,

Et de trille en trille enchante l'univers...

Ce que je sais

C'est qu'un kilo de plomb ne pèse pas bien lourd

Devant un kilo de ces innombrables et minuscules oisillons

Qui me prêtent chacun, ne serait-ce qu'une plume,

Pour écrire

AU KILO

MES POEMES

Copyright "Yves Le Car", tous droits réservés