Poesies et Contes par Yves Le Car

livres de poesies

CANCRE

Celui que vous appelez cancre

Comme si vous parliez d'un chancre,

Avec du mépris dans la voix ;

Son mal à lui, son anagramme,

Son cancer, tient à vos programmes :

Le sien est riche d'autres choix.

 

Celui que vous appelez cancre

Rend feuille blanche, ou tachée d'encre ;

Ce héros du zéro pointé,

Celui qui, dans le fond, fait tache,

Et qui vous complique la tâche,

Ne voulant lire ni compter ;

 

Celui que vous appelez cancre

Avec du dégoût dans la voix

Voudrait bien parfois lever l'ancre

A défaut de lever le doigt.

 

Celui que vous appelez cancre

Ne se fait jamais du sang d'encre,

Se fout de Thiers comme de Kaar,

De l'Empire et de l'an quarante,

Toutes vos leçons pas marrantes,

Il s'en tient toujours à l'écart.

 

Celui que vous appelez cancre,

Que vous craignez sitôt qu'il entre,

Préférant le voir s'isoler,

Plutôt que de voir ses mimiques,

Ou son mauvais esprit critique,

Pousser la classe à rigoler.

 

Celui que vous appelez cancre

Avec votre langue de bois

Voudrait bien parfois lever l'ancre

A défaut de lever le doigt .

 

Celui que vous appelez cancre

N'est pas spécialiste du pancr-

-ace, et pas toujours mauvais garçon .

Sous cette dure carapace,

L'être humain peut trouver sa place :

La clé est sous le paillasson.

 

Celui que vous appelez cancre

A aussi un coeur qui s'échancre

Et bat pour d'autres horizons

Que la Raison peut-être ignore.

A chacun son île au Trésor,

Chacun sa chance , sa saison.

 

Celui que vous appelez cancre

Ne lève pas souvent le doigt,

Mais un jour , il lèvera l'ancre,

Avec une ancre de son choix ;

Mais un jour il lèvera l'ancre,

Et trouvera sa propre voie.

Copyright "Yves Le Car", tous droits réservés