Poesies et Contes par Yves Le Car

livres de poesies

DEMAIN

Quand je pense à demain

Je l'écris en deux mots

Comme deux mains d'Humains

Les paumes peau à peau

Peu à peu s'animant

Mues par un même aimant

Et dans un même élan

Les dix doigts se mêlant.

 

Une main qui se ferme

C'est Demain compromis

Et c'est l'Humain remis

A plus ou moins long terme.

A moins qu'elle soit ferme

Comme un poing insoumis

Qui réclame le terme

De haines ennemies.

 

 

Une main qui se tend

C'est autant d'autres mains

Qui ouvrent le chemin

Sur lequel on entend

Chanter les lendemains

Lentement, sûrement,

Au rythme simplement

De maints et maints refrains.

Et une main qui s’ouvre

Une main qui découvre

 

 

Une main, c'est l'outil

Qui bâtit sur la grève

Le château de nos rêves

En petits grains subtils ;

Avant d'être la main,

Tantôt tenant la plume,

La charrue ou l'enclume,

Qui forgeront Demain.

 

 

Une main, c'est toujours

La moitié du che-min

De la cour au jardin,

Du jardin à l'Amour ;

Une main, c'est velours,

Lorsque sous la caresse,

Peu à peu disparaissent

Les pleurs d'un coeur trop lourd.

Et une main qui s’ouvre

Une main qui découvre

Une main c’est porteur

de bague et de bagage

mais aussi d’un langage

qui a bien des lecteurs

Elle est langue des signes

elle est vraie, elle est belle

ELLE EST UNIVERSELLE

je l’affirme et je signe

La main c’est le maillon

Qui formera la chaîne

Où d’autres mains humaines

Par milliers, par millions,

Traceront les sillons

D’une moisson prochaine

Sans violence, sans haine

Et sans révolution

 

Et une main qui s'ouvre

Pour un humain qui souffre,

C'est Demain qui s'engouffre

Dans un livre... ou un Louvre.

 

Quand je pense à demain

Je l'écris en deux mots

Comme deux mains d'Humains

Les paumes, peau à peau

Peu à peu s'animant

Mues par un même aimant

Et dans un même élan

Les dix doigts se scellant. 

Copyright "Yves Le Car", tous droits réservés