Poesies et Contes par Yves Le Car

livres de poesies

MES MONUMENTS HUMAINS ( idoles sans patrie)

Certes, vous n'êtes pas de ceux qu'on commémore

Vous n'avez pas vos noms aux monuments aux morts

Vous n'avez pas vos noms dans les livres d'Histoire :

Vous n'avez pas participé à la Victoire !

Il eût fallu tenter d'y laisser votre peau ;

Il eût fallu penser que l'Amour du Drapeau

Est plus fort, par devoir, plus sacré que la vie .

Je crois savoir que ce n'était pas votre avis.

 

Vous n'êtes pas tombés sur le Chemin des Dames

Suivant d'autres chemins sans doute, et d'autres dames,

Avec qui il vous a fallu rester cachés

Pour pouvoir vivre heureux, et ne pas tout gâcher

Par l'inutile horreur de leur champ de bataille

Où d'Homme on vous transforme aussi vite en bétail.

Heureusement, vous n'avez rien voulu savoir

Ni de leur champ d'honneur, ni de leur fausse gloire.

 

Certes, vous n'êtes pas de ceux qu'on commémore

Vous n'avez rien laissé, ni membres, ni remords :

Vous saviez que la Vie , la vie seule est sacrée,

Que la Patrie n'est qu'un vain mot, qui n'est concret

Que pour les marchands d'armes, caste universelle

Pour qui le paradis sur terre est en parcelles.

Au champ du déshonneur, en votre âme et conscience,

Vous avez préféré la Désobéissance.

 

Vous n'êtes pas tombés, du moins, dans le panneau

Pour servir de cobayes, ou d'appât aux corbeaux.

Pourquoi aller défendre un semblant de patrie

Qui n'est due qu'au hasard, comme à la loterie ?

Mais cette loterie peut leur rapporter gros

Puisqu'ils misent sur tous, à tire-larigot !

Ils tirent leur égo, et ça leur est égal :

Les chacals, comme les asticots , se régalent.

 

Certes vous n'êtes pas de ceux qu'on commémore

Par le même apparat qui les mène à la mort

La même mascarade et la même musique

A croire que tous ces gens là sont amnésiques

S'ils pouvaient réentendre ces mots qui endorment

Et s'ils pouvaient revoir défiler l'uniforme

Tous les morts se relèveraient comme un seul homme

Pour nous montrer l'autre face du décorum

 

Vous n'êtes pas tombés . Or, quelques sons de cloche

Me viennent aujourd'hui de ceux qui vous reprochent

De n'avoir pas marché dans le troupeau docile.

J'entends parmi les loups imbus et imbéciles

Des voix se réclamant des Droits de l'Hom...icide

Et qui vous traînent dans la boue, et dans l'acide

En termes injurieux vous collant à la peau

Comme une étoile : " Munichois ! ou Collabos !"

 

 

 

Certes vous n'êtes pas de ceux qu'on commémore

Mais de ceux que certains auraient bien mis à mort

Incarcérés dans un carcan de certitudes

Qui forge leur cerveau offert aux servitudes

En répondant "présent" dès que claque un drapeau

Ne sont-ils pas eux-mêmes les vrais collabos

Des Pouvoirs, quels qu'ils soient, cerbères des frontières

Qui tapissent de sang humain la terre entière

 

 

Pour n'être pas tombés dans l'oreille d'un sourd

Leurs mots ont en écho quelques vers qu'à mon tour

J'adresse à tous ces régiments de va-t-en-guerre

Qui ne désarment pas et ne comprennent guère

Qu'ils envoient leurs enfants , grâce à leurs grands principes,

Et leurs petits-enfants au prochain casse pipe.

La barbarie demain ne fera pas le tri

Dans un tas d'ossements qui n'ont plus de Patrie

 

Certes, vous n'êtes pas de ceux qu'on commémore

Vous n'êtes ni héros - tant pis- ni matamore

Vous n 'aurez pas vos noms dans les manuels scolaires

Vous n'avez été que témoins épistolaires

Du fond de vos exils, et de mon souvenir

Je vous salue, en espérant qu'à l'avenir,

C'est votre voie que les enfants emprunteront

Plutôt que l'épineux chemin des fanfarons ;

 

Vous n'étiez pas nombreux à rester sur la touche

Par libre choix, lorsqu'ils tombaient comme des mouches

Car la Patrie, avant d'être reconnaissante,

Est une diabolique machine puissante !

Mais le sang de tous ceux qu'elle dit ses enfants

Ressemble comme deux gouttelettes... de sang

A celui prétendu impur de ceux d'en face

Qui laissera pourtant au sol les mêmes traces

 

CERTES VOUS N'ETES PAS DE CEUX QU'ON COMMEMORE

MAIS POUR L'ETERNITE VOS IDEES VOUS HONORENT

VOUS N'ETES PAS TOMBES... MAIS DU FOND DU TOMBEAU

VOUS RESTEZ UN EXEMPLE..

 ..

 ET VOTRE GESTE EST BEAU

Copyright "Yves Le Car", tous droits réservés