Poesies et Contes par Yves Le Car

livres de poesies

POEME AU LONG COURS

Ne comptez pas sur moi pour faire un long discours.

Pas plus qu'un court, d'ailleurs, car, qu'il soit court ou long,

Les discours , comm' leur nom l'indique, en dis' court,

Alors que le silence parfois, en dit long.

 C'est donc à celui-là, moi, que j'aurai recours :

Ce qui compte, c 'est pas la forme, c'est le fond.

Mais il faut être en forme, sinon, c'est le four !

Oui ! en forme de quoi ? De balai ? de ballon ?

Peu importe pourvu qu'on ne soit pas trop lourd.

Ni trop léger d'ailleurs, sinon, les gens s'en vont.

Ou donnent à leur somme, en somme, libre cours.

Comme on faisait jadis, lorsque de vieux barbons,

Ou de jeunes... barbants, nous dispensaient leur cours,

Au lieu de nous en dispenser, sur le charbon,

Sur le chardon, le charançon, le char tout court,

Le charabia disons,- on connaît la chanson !-

Cependant que déjà se ruaient dans la cour,

Sortant des classes tels des bestiaux d'un fourgon,

Se déployant comme des aigles, des vautours,

Des essaims de fillettes, de petits garçons,

Sachant qu'ils n'avaient qu'un petit quart d'heure pour

Se dégourdir les jamb', se remplir les poumons :

A cet âge, ce qu'on préfère comme cours,

C'est celle de récré, de vraie... création.

Et nous, nous restions là, attendant notre tour ;

Le maître n'avait pas terminé la leçon.

On trépignait, on aurait crié :" Au secours !"

On aurait porté plainte, pour ennui profond,

Souhaitant que le prof soit muet... ou qu'on soit sourd.

On suivait en baîllant... une mouche au plafond

Qui faisait sur la lampe des allers retours...

Mais revenons, si vous voulez, à nos moutons ;

Je ne suis pas venu là pour vous faire un cours

Et je crains que déjà vous ne trouviez ça long.

Allons, allons, c'est bon, je ne fais pas ma cour

Et si vous le voulez, je quitte le salon.

J'ai juste traversé du jardin à la cour ;

De la cour au jardin, je tourne les talons...

D'ailleurs, ça tombe bien, je suis un peu à court...

A court... d'idées... mais ce n'était qu'un court.... brouillon !

Copyright "Yves Le Car", tous droits réservés