Poesies et Contes par Yves Le Car

livres de poesies

SARAH ET SACHA

C'est Avenue de l'Opéra
Que Sarah aguicha Sacha.
Sacha était un petit rat
Et Sarah faisait des achats
En disant :"Maman vous paiera"
Partout où elle démarcha.
Les marchands connaissant Sarah
Dont le papa est un pacha
Ne firent aucun embarras
Ne craignant pas qu'elle trichât
.Aucun donc ne la rembarra

Ne s'échauffa, ne se fâcha.

Bref, en sortant de l'Opéra

Où il faisait ses entrachats

Sacha ce soir-là repéra

Sarah qui d'abord se cacha

Puis, l'air détaché, opéra

Une volte-face et tâcha

De s'approcher du petit rat

A petits pas et s'enticha

Apparemment sans apparat

De Sacha... qui s'amouracha.

"Quel âge as-tu ? s'enquit Sarah

-Bientôt dix ans, lui dit Sacha.

-Et c'est quand que tu les auras ?

Moi les miens , je les ai déjà !"

Et c'est ainsi qu'à l'Opéra,

Ce soir-là, l'Amour décocha

Sa flèche sur leurs vingt carats :

Dix de Sarah ; dix de Sacha !

Plus rien ne les séparera

A moins d'un détail qui clochât :

Effectivement, on verra

Comment leur amour se gâcha.

C'aurait pu être, entre eux, extra,

Mais quelque chose l'empêcha :

Non pas les parents de Sarah ;

Et pas non plus ceux de Sacha.

Les premiers sont au Sahara,

Où un client leur dénicha,

Paraît-il , un super contrat ;

Et les seconds, ceux de Sacha,

Ne sont pas du tout du genre à

Lui faire du prêchi-prêcha.



Sachez seulement que Sarah
Comme animal avait un chat
Un beau petit chat angora
Qu'elle arbora devant Sacha
Qui lui avait un petit rat
Ravissant et qu'elle toucha
Caressa et prit dans ses bras
Sans que le rat s'effarouchât...

Tant que le rat et l'angora

Ne se virent pas, tout bicha.

Mais quoi qu'on fasse, ou qu'on fera
Il faut nommer un chat un chat

Et jamais rien n'arrêtera

Ce que la Nature enclencha.

C'est chez Sacha non chez Sarah
Que le drame se déclencha
Lorsque le chaton angora
Voyant le rat s'en pourlécha

Le rat tout d'abord, l'ignora,

Puis se hérissa, et cracha

Sur le chat, qui s'en empara ;

Ce qui désespéra Sacha...

Et qui fit chavirer Sarah.

Les deux enfants, ça les toucha !

Mais ce qui vous étonnera

C'est la chute, car c'est le chat

Qui fut dévoré par le rat :

C'est ce cher chat qui le chercha.

Comme on dit : A bon chat, bon rat !

Mais , entre Sarah et Sacha,

Il n'y eut pas d'et caetera :

Pas de pardon , pas de rachat.

Sur l'Avenue de l'Opéra,

Si vous voulez chercher Sacha,

Vous le verrez avec son rat,

Mais sans Sarah... qui le lâcha

Plus rien ne les réunira !

et ce lien qui les attacha

et que le destin déchira

quand un coup de dents le trancha

rien ne le raccommodera

Et tandis que Sacha s'acha..

Rne à récupérer sa Sarah,

Sarah s'arrache à son Sacha :

On dira ce que l'on voudra

Mais pour chacun, c'est un gros cha...

Grin d'Amour... et qui durera :

Pauvre Sarah ! Pauvre Sacha !

 

 

 

Copyright "Yves Le Car", tous droits réservés