Poesies et Contes par Yves Le Car

livres de poesies

LE VERBE REVER

La maîtresse au tableau

Un jour qu'il faisait beau

Ecrivit le verbe " REVER"

Les élèves, bien élevés

Obéissants, vous le savez,

Dès qu'on leur parle de rêver,

Sûrs qu'ils ne vont pas s'en priver :

Ils obéissent !

Et ils se hissent

Pleins de malice

Sur le plus beau nuage qui passe

Dans la classe...

Et chacun dans son coin

S'empressa avec soin

De pratiquer cet exercice.

 

La maîtresse elle-même

En abordant ce thème

Commença aussi à rêver.

Essayez si vous le pouvez

D'empêcher ce verbe magique

Et sympathique

Et si pratique

D'agir partout où il se pose :

Que ce soit en vers ou en prose

Que ce soit en vert ou en rose

Les yeux fermés sur l'oreiller

Ou grands ouverts pour travailler...

Ainsi, maîtresse comme élèves,

Chacun était pris dans son rêve ;

Si bien que le verbe, au tableau,

En ce jour où il faisait beau,

Sortit par la fenêtre ouverte,

Sauta sur la pelouse verte,

Et ses lettres se dispersèrent.

Libres comme l'air

Les deux R

Les deux frères

jumeaux

maîtres du mot

Se mirent ensemble à errer

Et à tourner, et à virer

tournevirer

sans chavirer

Entraînant leurs voyelles,

Leurs voisines jumelles !

Et les voilà errant, errant,

Et ran tan plan, indifférents

Aux élèves qui s'activaient

Le nez en l'air, et qui rêvaient,

Obéissant à la maîtresse

qui avait, par délicatesse,

su proposer une leçon

Qu'on appliquait à l'unisson ;

 

Nos quatre lettres s'envolèrent :

Voilà les deux E, les deux R

Main dans la main, pour prendre l'air

...

Mais tout comme moi, vous savez

Qu'il y a cinq lettres dans " REVER"

Qu'est-il donc arrivé

Au V ?

S'est-il sauvé ?

L'a-t-on trouvé ?

S'est-il caché sous un pavé ?

Quelqu'un l'aurait-il enlevé ?

Le vent l'a-t-il fait dériver ?

Mais non, les amis, vous rêvez !

Sachez que le V

A eu un bon réflexe

Tout comme l'accent circonflexe

si complexe

Qu'il ne faudrait pas oublier

Car l'un et l'autre sont liés

Ils se ressemblent

Il me semble

Comme deux gouttes d'eau

Comme il me semble

'ils ressemblent

A deux petits oiseaux

Et si vous cessez de rêver

Enfin ! si vous y arrivez

En regardant par la fenêtre

Vous les verrez peut-être

Passer à tire d 'aile

Comme deux hirondelles

Qui agitent leurs ailes noires

Pour vous dire : " Au revoir ! "

Copyright "Yves Le Car", tous droits réservés